Arlette Soudan-Nonault déterminée à rentabiliser l’industrie touristique

La ministre du Tourisme et des Loisirs Arlette Soudan Nonault, ministre du Tourisme et des loisirs a réitéré, au cours d’un échange avec les services décentralisés de l’Etat à Brazzaville, l’ambitieux objectif de son département d’apporter une contribution de 10% au PIB national d’ici 2021. Pour la ministre du Tourisme, l’’implication de tous, y compris les chefs de quartier, est nécessaire pour atteindre cet objectif. 

Arlette Soudan Nonault compte sur le développement des partenariats technico-financiers entre l’Etat et les privés et l’implication de la coopération internationale.


La ministre ne manque pas d’idées pour atteindre cet objectif. Dans le département de Brazzaville et ses environs, le tourisme se basera sur des sites comme la réserve naturelle de Lesio-Luna, les cataractes de Brazzaville, l’Ile Faignand, les chutes de la Loufoulakari, le fleuve Congo, le palais royal de Mbé, le mémorial Pierre Savorgan De Brazza, l’Ecole de Peinture de Poto-Poto, etc.   Ce potentiel, caractérisé par la richesse et la diversité des sites mais aussi l’hospitalité des populations environnantes et l’implication progressive des investisseurs étrangers dans l’hôtellerie et de la restauration, fera que le tourisme et les loisirs retrouvent leur lettre de noblesse.

Pour y arriver, le ministère du tourisme entend éradiquer quelques faiblesses qui se résument en termes de la non-valorisation des sites, de l’inefficacité des prestations des acteurs du secteur par manque de professionnalisme, de la pratique du braconnage et l’absence d’un parc zoologique. Les insuffisances dans la législation et la réglementation constituent par ailleurs un frein à  éradiquer.

Des initiatives sont prises pour poser les bases du développement du tourisme et des loisirs au Congo. Parmi lesquelles la mise en place d’un guichet unique des systèmes du tourisme, de l’hôtellerie et des loisirs avec la création d’une direction des systèmes d’information et de communication. Le ministère entend également assurer un accompagnement technique et financier des initiatives privées de petite taille ainsi que la création d’un pôle de communication et de marketing dédié au tourisme et au loisir, avec l’installation des bureaux d’information touristique aux portes d’entrée du Congo.

Dans le but de donner un sang nouveau au tourisme et aux loisirs, le territoire national est désormais réparti en trois zones de développement touristique, à savoir : la zone nord, la zone sud et la zone de Brazzaville et ses environs.

Quitter la version mobile