Le Congo se dote d’une commission de transparence dans la gestion des finances publiques

Le ministre de la Justice et des droits humains, Ange Wilfried Bininga a relevé le 1er avril à Brazzaville qu’il était important pour le Congo de se doter d’un organe indépendant pour veiller à l’exécution des dépenses publiques à l’instar de la Commission nationale de transparence et de responsabilité dans la gestion des finances publiques.

Au cours d’une séance plénière à l’Assemblée nationale, il a fait savoir que « cette commission nationale est une entité administrative indépendante qui s’inscrivait dans le concert des organes devant œuvrer pour la bonne gouvernance dans notre pays ».

Devant les députés, Ange Wilfried  Bininga  a précisé que la Commission nationale de transparence et de responsabilité dans la gestion des finances publiques, qui jouissait de la personnalité morale et de l’autonomie financière aura entre autres missions de recueillir et diffuser les bonnes pratiques en matière de transparence et de responsabilité dans la gestion des finances publiques.

Parmi les prescriptions assignées à cette commission, la capacité de requérir toute expertise pour la validation des informations publiées relatives aux recettes et aux dépenses publiques ; engager toute enquête  en cas de violation de la transparence et de la bonne gouvernance, a renchéri le ministre Ange Wilfried Bininga.

Le président de la Commission économique, finances et contrôle de l’exécution du budget à l’Assemblée nationale, Maurice Mavoungou a souligné à cette occasion l’impérieuse nécessité pour le Congo de mettre en place cette commission afin de se conformer aux directives de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) relatives à la gestion des fonds publics.

Quitter la version mobile